par OPIsystems, Canada

 

 

Tirer le meilleur parti de vos récoltes consiste à gérer la teneur en eau et à fournir un grain de qualité optimale. Advanced Grain Management optimise le rendement de votre actif céréalier le plus précieux en optimisant la qualité et la valeur du grain, tout en minimisant les coûts de stockage.

Le point de départ est la gestion du silo:

 

Assainissement:

•    Enlevez tous les débris à l'intérieur du silo et au dessous du plancher d'aération

•    Nettoyez les parois des silos et vaporisez si nécessaires pour éliminer tous les insectes

•    Coupez toute la végétation et entretenir la zone autour du silo

•    Scellez tous les points d'entrée possibles d'humidité ou d'insectes

 

Chargement:

•    Remplissez le silo avec un grain propre contenant moins de 2% de corps étrangers

•    Nivelez le grain, un utilisant un épandeur si nécessaire. Cela se traduira par une répartition uniforme du flux d'air dans le silo, ce qui est extrêmement important pour de bons résultats de conditionnement

•    Ne remplissez pas le silo au maximum afin que peu ou pas d'air traverse le noyau dense - cela peut résulter en un désastre

Pensez au grain entreposé comme un écosystème. Si le grain de qualité est stocké à une température et une teneur en eau faibles et uniformes, il peut avoir une «durée de vie» extrêmement longue. La teneur en humidité et la température élevées rendent le grain vulnérable aux infestations d'insectes à forage interne et non-ennuyeux, ce qui en réduit la valeur par perte de poids et de qualité (noyaux internes endommagés / IDK).

Un environnement très humide/condensant peut entraîner une autre activité microbienne, telle que des moisissures et des mycotoxines. La germination devient plus probable dans un environnement très humide. Le noyau peut également respirer dans le temps, la consommation de masse entraînant une réduction du poids spécifique.

La perte peut survenir à cause des insectes et des rongeurs. La perte de poids peut être exprimée en termes généraux en perte de matière sèche (DML), avec les recommandations du Safe Storage Chart basées sur la durée de conservation du grain avant une perte de matière sèche de 0,5%. Cumul sur toute la période de stockage, il est important de connaître l'âge du grain entreposé.

La figure 1 montre la durée pendant laquelle les graines oléagineuses peuvent être stockées en toute sécurité à une température et une teneur en humidité données. Par exemple, le soja stocké à une température de 75°F et à 14% d'humidité peut être stocké en toute sécurité pendant 63 jours.

Cela suppose un grain propre de qualité. Il est également basé sur le temps écoulé avant de rencontrer une DML de 0,5%. Cela ne signifie pas que le grain ne peut pas être stocké plus longtemps, mais il met en doute la viabilité du stockage une fois que la DML dépasse 0,5%.

Voici le tableau de stockage en sécurité correspondant pour le maïs et les céréales (voir Figure 2). Dans cet exemple, nous calculons la «capacité de stockage» pour plusieurs ensembles de conditions au cours d'un processus de conditionnement. Par exemple, lors du cycle de conditionnement initial, avec du maïs à 85°F et une teneur en humidité de 16% pendant 18 jours, 50% des 36 jours de stockage en toute sécurité ont été utilisés (18/36).

Après conditionnement du maïs à une température de 60°F et une teneur en eau de 15%, la sécurité de stockage est de 50% de 278, soit 139 jours, pour un total combiné de 15 jours de stockage sûr (18 + 139).

 

Détection rapide

Le chauffage commence généralement par une activité microbienne dans une poche de grain plus humide. Le grain étant un si bon isolant, à partir de la troisième semaine, la chaleur aura commencé à bouger verticalement dans le silo (par convection) plus facilement que à travers le silo (par conduction).

À la quatrième semaine, une détérioration importante s'est produite à moins de 10' du câble, sans que les capteurs enregistrent un changement perceptible.

Au cours de la semaine six, nous commençons seulement à observer une augmentation notable de la température au niveau de la sonde quatre, avec un impact moindre sur les capteurs situés au-dessus et au-dessous (voir la figure 1).

À la huitième semaine, une perte à grande échelle est survenue, avec des températures atteignant plus de 65°C. Cela ne poserait pas de problème grave, à moins que vous ne remarquiez le changement de capteur à capteur au fil du temps. À la dixième semaine, le point chaud a diminué, mais la température a continué de croître. Pour cette raison, des lectures doivent être effectuées régulièrement, ces informations étant utilisées pour gérer de manière proactive le grain afin de le stocker en toute sécurité. Comme la température ne se déplace pas facilement dans la masse de grain, il est préférable d'installer des câbles sur 20 centres pour la détection précoce du chauffage, où qu'il se trouve dans la trémie (voir Figures 2 et 3).

Il est également important de disposer d'un système capable de détecter de petits changements au fil du temps et d'envoyer des alarmes. Bien qu'elle ne soit pas aussi proactive, une alarme de température élevée limitera la détérioration.

 

Point d'équilibre de la teneur en humidité 

La teneur en humidité à l'équilibre, appelée CEM, est la teneur en humidité que le grain aura s'il est exposé à l'air d'une humidité relative (RH) et d'une température spécifiques pendant une période suffisamment longue. Si le temps le permet, le noyau s'égalisera avec l'air qui l'entoure.

La compatibilité électromagnétique est importante car la compatibilité électromagnétique de l'air pompé à travers le grain déterminera si le grain perdra de l'humidité, comme cela est souhaité lors du séchage naturel à l'air (NAD), Il en est de même, comme on le souhaite dans l'aération, le grain étant refroidi avec le moins de pertes de rentabilité (Voir Figures 4 et 5).

Le défi est que les conditions atmosphériques extérieures changent constamment. Premièrement, les températures oscillent entre les minimums nocturnes et les maxima diurnes. L'humidité relative est une image miroir de la température, atteignant son maximum dans la nuit et à son plus bas en pleine journée.

Chaque combinaison de température et d'humidité relative correspond à une valeur de CEM spécifique. Ces valeurs CEM peuvent être cartographiées dans le temps. Pour conditionner le grain à la cible d'humidité souhaitée, les ventilateurs ne doivent fonctionner que lorsque la compatibilité électromagnétique est dans la plage appropriée pour atteindre la cible. 

 

Courbe EMC du maïs (ASABE)

D'après les courbes ASABE publiées, une humidité relative de 60% à 80°F correspond à 12,5% de maïs. Les systèmes OPI génèrent une large gamme de courbes de types de grain et de variétés spécifiques qui sont entrées dans le moniteur StorMax, la plateforme IntegrisPro ou OPI Blue pour un contrôle plus précis de l'humidité. Les courbes de grain OPI sont également calibrées sur des humidimètres spécifiques, ce qui augmente encore la précision.

Le calculateur de compatibilité électromagnétique OPI génère des courbes de compatibilité électromagnétique spécifiques au type de grain basées sur la norme ASABE. Ces courbes de compatibilité électromagnétique sont dérivées des normes ASABE. Les clients OPI ont accès à des courbes plus précises développées spécifiquement pour les solutions de surveillance OPI.

Conditionnement intérieur en fonction du débit d'air

Le tableau 1 indique la quantité de débit d'air recommandée pour différentes stratégies de conditionnement du grain. Par exemple, pour éliminer jusqu'à 6% d'humidité à l'aide de la méthode naturelle de séchage à l'air, un débit d'air de 1,0 à 1,5 cfm/boisseau est nécessaire.

Cela suppose un flux d'air uniforme à travers le silo. Veillez donc à le charger avec un grain propre et à niveau. Il est également important d'être prudent avec les hypothèses de débit d'air, car les courbes des ventilateurs indiquent les valeurs maximales, en supposant l'absence de fuites ou de bouchons ou une ventilation insuffisante (1 pi2 / 1 000 PCM est recommandé).

Pour atteindre 0,75 cfm/boisseau, comme pour le NAD bas niveau, à une profondeur de 20'', le blé produit une pression statique de 7,5'. Le meilleur ventilateur pour produire 0,75 cfm/boisseau dans 20' de blé est une centrifugeuse de 50 CV, et un ventilateur à faible vitesse est préféré pour cette application.

D'autre part, si vous ne souhaitez concevoir que l'aération à 0,1cfm/boisseau à une profondeur de grain de 70', vous aurez le choix entre plusieurs ventilateurs. La puissance axiale de 10 HP est la solution la plus économique en termes de coûts et d'utilisation.

Évitez de trop aérer - faites fonctionner les ventilateurs uniquement pour réduire la température et contrôler l'humidité. Il ne faut pas aérer pour garder le grain «frais». Un excès de ventilation n'augmentera pas les résultats, mais uniquement les factures.

Tout simplement :

Qualité de l'air (EMC) x Quantité d'air (CFM/ Boisseau) = Résultats!

Le coût de retrait

Sur le plan financier, le «retrait» est le coût de la vente du grain en dessous de la limite d'humidité admissible. En utilisant un exemple de réhydratation du soja, si les fèves sont vendues à 10% d'humidité au lieu de la moyenne de 12,5% qui pourrait être atteinte avec une stratégie de réhydratation; pour 100 000 boisseaux de soja au prix du marché de 9,00 USD/boisseau, le coût peut être exprimé comme suit:

100 – MC initial      X boisseaux - boisseaux = Boisseaux gagnés

100 – MC final

 

Boisseaux gagnés x Prix des céréales = Bénéfices bruts

Bénéfices bruts - Coût de fonctionnement = Bénéfices nets

Exemple de réhydratation du soja :

100 – 10.0      X 100,000 boisseaux    - 100,000 boisseaux = 2,857 boisseaux

100 – 12.5

2,857 boisseaux x $9.00/boisseaux = $25,713 de bénéfices bruts

$25,713 de bénéfices bruts  – (100,000 * $0.10/boisseaux : coûts en électricité) = $15,713 de bénéfices nets

 

Gestion avancée des grains

La technologie avancée de gestion du grain d'OPI permet d'optimiser la qualité et la rentabilité des actifs céréaliers stockés en:

•    Optimisant le taux d'humidité

•    Minimisant le retrait et la détérioration des actifs stockés

•    Réduisant les coûts d'exploitation : réduction de la durée de fonctionnement du/des ventilateur(s) jusqu'à 80%

•    Gérant le stock

•    Aidant à atteindre une valeur marchande optimale

 

Surveillance des grains

Un système de gestion du stockage de grains OPI avec des câbles d'humidité peut aider à optimiser les retours, à mieux comprendre les conditions de stockage et à gérer vos systèmes d'aération et de conditionnement au au mieux afin d'obtenir les meilleurs résultats.

La présence de capteurs d'humidité sur toute la longueur des câbles d'humidité permet à l'utilisateur de voir comment l'humidité évolue dans la masse de grains.

OPI est fier de la contribution que nous avons apportée au secteur agricole dans le monde au cours de ses 35 ans d'existence. Notre engagement continu à faire progresser la gestion du stockage des grains a donné lieu à de nombreuses innovations pour aider les agriculteurs et les agro-industries à protéger et à optimiser la valeur de leurs actifs.

You might also like

Dernières vidéos

Leave A Comment

Ne vous inquiétez pas! Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués (*).

RECEVOIR LA NEWSLETTER

LA PUBLICITÉ

LA PUBLICITÉ